Accéder au contenu principal

Minorités délinquantes et maximisation du racisme ethnique




Arrivés à la croisée des chemins, à la croisée de leurs destins, ils ne retiennent que la violence comme seul et unique moyen d’expression dont ils font usage envers les autres ethnies ; au travers d’une sorte de bal morbide, les empêchant de prendre conscience que cette haine dont l’extrême droite fait preuve vis-à-vis de la différence, ne fait que de les renvoyer vers une crainte profonde qu’ils nourrissent envers eux-mêmes et non envers les autres et les « étrangers », sans pour autant en avoir conscience.

Les élites racistes qui se targuent de leur appartenance à ce courant de « pensée » politique, l’extrême droite, font usage du prolétariat que comprend toute population d’un territoire, d’une région ou d’un pays, en galvanisant cette partie la plus pauvre et la moins cultivée de la population, manipulant sans vergogne de vieilles recettes haineuses vis à vis de  tout ce qui ne leurs ressemble pas, comme un moyen salvateur et rédempteur que pourra trouver ce dit prolétariat face à la difficulté qu’il connaitrait, en étant dans l’obligation de devoir se cultiver et de travailler intellectuellement pour comprendre l’autre et notre richesse sociétaire, au travers de la connaissance. 

Dans les périodes de crises sociétaires, le racisme refait toujours surface avec une virulence indéniable, instant où « l’étranger », « le noir », « le différent » deviendra la cause de tout les maux de notre société. Cela étant, ne nous y trompons pas, racisme ou non, il n’y a pas plus de bons d’un côté que de l’autre de la barrière. Il y a chez les blancs tout comme chez les noirs, chez les juifs ou chez les arabes, une facilité tenace qu’éprouvent certains d’entre eux, toujours ultra minoritaires, à commettre des exactions pour assurer leurs survies dans une société qui écrase depuis la nuit des temps les plus faibles sous la domination des plus forts. De plus, les actes délictueux commis par ces individus auront pour corolaire de stigmatiser l’entièreté de l’ethnie dont ils ressortent. En conséquence, il apparaitra comme logique pour le raciste de se débarrasser de tous les individus de ces ethnies indésirables pour assurer la pérennité du reste de la population, alors qu’en fait une seule poignée d’individus sont coupables d’exactions... Évidemment, il s’agit là d’un leurre qui consiste à mettre tout le monde dans le même sac mais la bêtise des uns faits parfois l’aubaine des autres. 

Il est à noter qu’une fois que l’extrême droite eut tôt fait de mettre tous les étrangers dans le même sac, elle s’empresse de manipuler la population scotchée devant son poste de télévision en utilisant adroitement les médias - quand ces derniers ne sont pas eux-mêmes soumis directement aux dictats de lobbys d’extrême droite – en démasquant moult tentatives de complots terroristes quelques jours avant une élection, histoire de mettre le « souque » dans notre cerveau et que nous nous délestions sans trop y réfléchir vers un vote pour les extrêmes, voyant en eux sur le moment, puisqu’ils nous aurons tout de même sauvé la vie, un super héros à la croix noir à angles droits, encore semi masquée par les temps qui courent mais qui finira tôt ou tard par ressortir au grand jour, cette dernière étant toujours  existante dans le cœur des perdants…



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Croissance sociétaire, histoire d'un suicide collectif annoncé

                 A voir ce que l’humanité s’offre comme image d’elle-même aux travers des journaux télévisés, des médias et de tout ce qui est porté à la vue de tous comme devant être le reflet du genre humain, il est question de se demander à quoi rime cette manie de présenter notre civilisation comme étant une chose des plus sales ayant jamais rongé le Monde contemporain ?             Ne serait-il pas plus juste de se questionner sur la raison profonde de cette façon de nous montrer sous des auspices de mauvaises espérances et, de nous demander pourquoi nous avons ce « besoin » de nous voir nous-mêmes comme le pire des virus ou une maladie encore plus mortelle que le cancer ? Pourquoi nous jetons nous la pierre si souvent sans qu’il y ait de véritable coupable de l’autre côté de la rive ? Pourquoi l’ethnie de l’autre bord de cette rivière est forcément, la sale, la brutale, la méchante « Russie communiste » pour reprendre cette figure rhétorique, justificatif tout trouvé pour exp

La télé réalité et le sadisme de classe

       La télé-réalité tels que nous la connaissons aujourd’hui reflète encore moins qu’hier, ce que nous pourrions qualifier du fonctionnement « véridique » d’un groupe social. De plus, ce genre d’émission semble à présent tournée vers la mise en ridicule des « acteurs » qu’elle comporte et cette dernière ne rempli plus que la fonction d’une « institution » contre-productive de la lutte des classes.             Bien que ce courant télévisuel soit des plus scénarisés et que les « acteurs » de ce type d’émission soient mis dans l’obligation de se comporter de tels ou tels manière au risque d’être évincé du « show », il n’en demeure pas moins que le comportement demandé aux belligérants peut être compris sous la forme d’un « sadisme de classe ». En effet, l’exhibition des classes inférieures et moins instruites dans cette pseudo institution télévisuelle, ne fait que de justifier à contrario la position dominante des détenteurs de médias appartenant quant à eux aux classes supérieures

De le nécéssité ou non de croire en Dieu

  L’individu arrivant sur cette planète Terre sans mode d’emploi, ce dernier ne pourra se référer qu’à une somme de croyances, d’expériences du « village » nécessaire pour assurer sa bonne croissance tant identitaire que physique ; histoire de donner du sens à sa vie, puisqu’il faut bien l’admettre, personne ne sut jamais comment ni pourquoi nous sommes arrivés en ces lieux dans une vie que nous n’avons pas choisie. Il en est parmi nous qui sont amenés à traverser moult épreuves pour réussir à vivre voir même à survivre sur notre planète. A vrai dire, nous sommes tous égalitaires face à la mort mais la difficulté de la vie des uns n’est pas forcément aussi ardue que la vie des autres. Cependant, nous pensons qu’aucune vie n’est simple par essence et que si pour certains le fait de traverser l’océan n’est pas un problème, pour d’autres, le fait de devoir franchir une rivière peut devenir aussi compliqué que de devoir affronter des cyclones ou des torrents.   Nous ne sommes pas fai