Accéder au contenu principal

La maximisation des moutons savants

La maximisation de la connaissance spécifique a conduit à une paupérisation d’une culture globale et enrichissante, permettant dans une vision plus large, d’ouvrir les yeux de l’homme sur d’autres possibilités que celle qu’il ne peut plus que concevoir, au travers de la spécificité de son savoir dans lequel il s’est enfermé, par l’intermédiaire de sa technique.





Les hommes se sont bornés à cultiver une parcelle d’un champ, pourtant globale, devenant des techniciens hors pairs dans leur propre sphère de compétence, au détriment d’une connaissance plus large et moins bornée répondant, malheureusement, à la qualification d’une erreur méthodologique en science. Tout se passe comme si un fermier possédant au départ un seul terrain que nous pouvons nommer « savoir global », décidait de séparer la culture de ses carottes et de ses pommes de terre pour en faire des savoirs spécifiques, opération rendue possible par la pose d’une clôture dans son unique champ de départ (le savoir globale), simplement parce qu’il finirait par décréter que les carottes et les pommes de terre ne doivent pas être traitées de la même manière, ne pouvant être cultivées avec les mêmes engrais ou pesticides, dans le même et unique champ.


  
Par analogie, en science humaine, on pourrait traduire ce fait par la visualisation d’un étudiant en dernière année, désirant rendre un mémoire de sociologie en faisant de la micro - les carottes - et qui finirait par devoir se défendre bec et ongle lors de la défense orale de son mémoire, simplement parce que son promoteur lui ferait comprendre lors de ladite défense, que l’étudiant aurait fait pousser des pommes de terre, en rendant un mémoire s’apparentant plus à de la macro psychologie sociale en lieu et place de la micro sociologie, ce qui était pourtant son intention de base, raison pour laquelle, l’étudiant se verrait recaler en ayant commis une erreur méthodologique, en ayant mélangé les carottes et les pommes de terre…



 Certes, en science humaine, tout ceci peu sembler juste. Cependant, pour en revenir à cette problématique de la maximisation d’un savoir spécifique et, pour appuyer un peu plus sur le clous, il en résulte qu’à notre époque, nous pourrions parfaitement nous retrouvez avec deux ouvriers agricoles sortant de la même école d’agronomie mais ayant reçu une éducation spécifique, faisant que l’un sera on ne peut plus à même de faire pousser les carottes et l’autre, les pommes de terre mais, quand l’un sera malade, l’autre ne pourra pas s’occuper la culture de son collègue et inversement. De la même manière qu’un sociologue travaillant sur de la micro sociologie, ne serait soi disant pas capable de travailler en macro psychologie sociale. Il en résultera une sorte d’appauvrissement du savoir collectif, au profit de la maximisation d’un savoir spécifique faisant que plus personne ne se comprend, sans être de la même branche, chacun parlant un « langage spécifique » avec des concepts qui lui sont propres.




L’économie s’est invitée il y a bien des années dans la sphère du savoir. A cet égard, il n’est parfois pas étonnant que certaines multinationales, par l’intermédiaire de lobbies ouvrent et ferment diverses chaires d’enseignement universitaire, en les juxtaposant à des besoins économiques réels et immédiats. Ne soyons pas dupe, César le disait lui même en son temps, il faut diviser pour régner. De là, il y a plus qu’un pat pour ne plus mélanger les carottes et les pommes de terre et, que chacun ne puisse plus s’exprimer que dans son unique sphère de compétence au combien maximisée. Ce qui fera de nous à termes, des moutons savants incapables de trouver notre place sans l’apport économique du berger qu'il soit savant ou non.


LEURQUIN.B

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Croissance sociétaire, histoire d'un suicide collectif annoncé

                 A voir ce que l’humanité s’offre comme image d’elle-même aux travers des journaux télévisés, des médias et de tout ce qui est porté à la vue de tous comme devant être le reflet du genre humain, il est question de se demander à quoi rime cette manie de présenter notre civilisation comme étant une chose des plus sales ayant jamais rongé le Monde contemporain ?             Ne serait-il pas plus juste de se questionner sur la raison profonde de cette façon de nous montrer sous des auspices de mauvaises espérances et, de nous demander pourquoi nous avons ce « besoin » de nous voir nous-mêmes comme le pire des virus ou une maladie encore plus mortelle que le cancer ? Pourquoi nous jetons nous la pierre si souvent sans qu’il y ait de véritable coupable de l’autre côté de la rive ? Pourquoi l’ethnie de l’autre bord de cette rivière est forcément, la sale, la brutale, la méchante « Russie communiste » pour reprendre cette figure rhétorique, justificatif tout trouvé pour exp

La place de la personne Alibi dans le monde joyeux de la télévision

  La personne « Alibi » a pour fonction de faire croire qu’une classe sociale est perméable, qu’elle est ouverte et que tout le monde peut passer d’une classe inférieure vers une classe supérieure. Il existerait une possibilité pour que les pauvres deviennent plus riches en s’élevant vers une classe sociale après avoir fait des études par exemple ou, pour prendre un exemple plus extrême, en devenant une star du showbiz ; en réalisant le rêve américain en quelque sorte… Nous allons voir que la réalité est tout autre !   Il est difficile de faire tenir cette représentation des choses avec la manière dont fonctionne réellement voire plus justement la société qui comprend un nombre incroyable de mécanismes de protections de classes, en ce qui concerne les plus aisées pour empêcher le tout quidam de s’inviter dans une classe supérieure à moins que ? A moins que ce tout quidam remplisse une fonction latente ou tacite permettant aux personnes les mieux placées dans ladite classe sociale s

Paradoxe de représentations des réseaux sociaux

  Nous entendons dire communément que les réseaux sociaux sont la cause de manipulations de grandes envergures pouvant aller jusqu’à l’institution ou la défaite de l’une ou l’autre figure politique. Pourtant, il semble que le tout quidam ait du mal à croire dans la véracité de ce genre de propos. Nous pensons que ce doute émis quant à la possibilité des réseaux sociaux de pouvoir avoir une si grande influence dans l’un ou l’autre évènements, doit résider à la fois dans un paradoxe entre la culture du doute et du complotisme, propre aux individus qui n’ont pas le niveau d’éducation nécessaire pour remettre en question la véracité de ce qu’on leurs offre comme du « tout cuit » et, dans le pouvoir des gouvernements ou des groupuscules qui disposent des fonds nécessaires pour avoir une influence « réelle et prépondérante » sur ces dit réseaux, dont le faisceaux d’actions est bien plus profondes que les « gamineries » que l’on peut trouver sur ce genre de réseaux. Point de vue de l’in