Accéder au contenu principal

Considérations sociologiques d'une société évoluant vers un système de castes

Suivant le principe d’une contenance cyclique de l’histoire, d’une somme de solutions testées par l’ensemble d’une société, dans le but d’assurer la pérennité de civilisations dont le principe même est de survivre, que ce soit sous le regard posé de la sélection naturelle, d’un combat incessant entre forts et faibles, dominants et dominés ou, vers une vision plus utopique et idéaliste d’une société mondiale, arrivée à maturité et ayant été en mesure de constituer un gouvernement global, gérant la vie de leurs concitoyens sans pour autant, puisque nous ne restons que des hommes, arriver à une prise de conscience générale, mondiale et instantanée, que ce soit au niveau des politiques ou de la masse médias, de la clairvoyance de l’état même de l’évolution contemporaine et immédiate de cette civilisation de l’instant, qui, certes, serait sans doute enrichissante puisqu’étant entièrement contrôlable au niveau des faits mais qui, de toutes évidences, semble impossible à mettre en place au vue, d’un nombre exponentiel de différences opposant les individus que ce soit au regard d’une simple dichotomie : homme - femme / communisme contre capitalisme, etc. 



Tout en sachant que la maîtrise du facteur aléatoire est impossible dans nos sociétés, les ordinateurs dans leur fonctionnement actuel sont incapables de créer une suite réellement aléatoire, permettant l’émergence de la maîtrise du risque Zéro ; aidé de l’outil informatique, si cette possibilité existait, rien qu’en pensant à un possible voyage dans l’espace, ce genre d’opération même si elles sont presque infiniment calculées, seraient sans risque, tout facteur étant maîtrisé. 



Malgré tout, même si la technologie continue à faire des progrès dans ce sens, il est illusoire de croire que le facteur humain puisse répondre à la même objectivité, en étant complètement contrôlé et maîtrisé, tant nous sommes de nature fluctuante et donc aléatoire. Comprendre un homme ou une femme est une chose compliquée et demande souvent le travail de toute une vie, comprendre un groupe l’est encore moins, comprendre une société est illusoire.



Cette dite société utopique, concourant à l’évolution de la technologie et de l’informatique, évoluant au profit de la réinstauration d’un système occidental voir mondial, de castes, ressemblerait, sans pour autant trop s’y attarder, à un film comme : « divergente ». Il me semble que la réponse à cette vision, est de répondre par l’affirmative sans pour autant sombrer dans un « fictionnalisme » sans nom. 



Si je me permets d’entrevoir notre évolution dans ce sens, c’est surtout, comme je l’ai dit, au regard de la connaissance de la contenance cyclique de l’histoire qui, tout comme dans un système politique, prisonnier d’une différenciation : gauche – droite, ne fait que d’aller et venir. De plus, il me semble que la somme des divergences fondamentales nous opposant, pourrait trouver une forme « d’harmonie » rendue possible par l’exacerbation même de ces différentes, au travers de leurs revendications pures et simples : un système de castes. 


A contrario, l’apologie d’un système de croyance unique, ne verra à mon sens jamais le jour tant les hommes restent craintifs face à l’évolution des choses, ce qui est déjà connu en psychologie et en psychologie sociale, sous la dénomination de résistance aux changements. Les hommes ont besoin de stabilité, si une année ne durait pas 365 jours, peu de gens s’y retrouveraient.

Quoi qu’il en soit, si notre société devait à nouveau évoluer vers ce genre de système, il faudrait immédiatement prendre en compte l’évolution de la technologie mais surtout de la biotechnologie, pour comprendre que cette société utopique grandirait, sans doute, vers d’une part, l’apparition de « cerveau » dénué de corps et relier entre eux au sein d’une communauté décisionnelle rendue possible par l’interconnexion informatique de leurs systèmes de pensées !? Tout en laissant la possibilité à une autre « caste » répondant à l’idée même que jamais les hommes ne courront tous dans le même sens, vers l’apparition d’une seconde typologie d’individus axés sur le culte du corps, à la manière du fonctionnement d’une fourmilière (fourmis guerrières), avec l’apparition d’hommes ou de femmes aux capacités physiques extraordinaires, sans nier la possibilité d’un individu cyborg. 



Bien évidemment, cette dichotomie est grossière, elle a au moins le mérite spirituel de tisser un type d’évolution vers laquelle pourrait tendre notre monde. La science fiction à déjà très abondamment traité de ce sujet mais, il est intéressant de constater que dans une sorte de mouvement complémentaire, les idées « futuristes » et « fictionnelles » propre à la SF, finissent indirectement par donner, pour une part minime en tout cas, naissance à la concrétisation d’idées prenant forme réel dans notre monde, comme de part le passé : voyage dans les airs,  voyage sous l’eau, voyage dans l’espace. 



Cette problématique, cette vision de notre évolution, renvoie au fonctionnement, dont je ne connais que les grandes lignes, d’une société comme Google, ayant pour objectif avoué de créer un individu bionique.




Reste le problème de l’individualisme contre le collectivisme, de l’argent contre un système de troc, de l’enrichissement de notre conscience au détriment de notre portefeuille et de, bien d’autres problèmes, laissant la possibilité à toutes autres formes de réalité de voir le jour.

LEURQUIN.B

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Croissance sociétaire, histoire d'un suicide collectif annoncé

                 A voir ce que l’humanité s’offre comme image d’elle-même aux travers des journaux télévisés, des médias et de tout ce qui est porté à la vue de tous comme devant être le reflet du genre humain, il est question de se demander à quoi rime cette manie de présenter notre civilisation comme étant une chose des plus sales ayant jamais rongé le Monde contemporain ?             Ne serait-il pas plus juste de se questionner sur la raison profonde de cette façon de nous montrer sous des auspices de mauvaises espérances et, de nous demander pourquoi nous avons ce « besoin » de nous voir nous-mêmes comme le pire des virus ou une maladie encore plus mortelle que le cancer ? Pourquoi nous jetons nous la pierre si souvent sans qu’il y ait de véritable coupable de l’autre côté de la rive ? Pourquoi l’ethnie de l’autre bord de cette rivière est forcément, la sale, la brutale, la méchante « Russie communiste » pour reprendre cette figure rhétorique, justificatif tout trouvé pour exp

La place de la personne Alibi dans le monde joyeux de la télévision

  La personne « Alibi » a pour fonction de faire croire qu’une classe sociale est perméable, qu’elle est ouverte et que tout le monde peut passer d’une classe inférieure vers une classe supérieure. Il existerait une possibilité pour que les pauvres deviennent plus riches en s’élevant vers une classe sociale après avoir fait des études par exemple ou, pour prendre un exemple plus extrême, en devenant une star du showbiz ; en réalisant le rêve américain en quelque sorte… Nous allons voir que la réalité est tout autre !   Il est difficile de faire tenir cette représentation des choses avec la manière dont fonctionne réellement voire plus justement la société qui comprend un nombre incroyable de mécanismes de protections de classes, en ce qui concerne les plus aisées pour empêcher le tout quidam de s’inviter dans une classe supérieure à moins que ? A moins que ce tout quidam remplisse une fonction latente ou tacite permettant aux personnes les mieux placées dans ladite classe sociale s

Paradoxe de représentations des réseaux sociaux

  Nous entendons dire communément que les réseaux sociaux sont la cause de manipulations de grandes envergures pouvant aller jusqu’à l’institution ou la défaite de l’une ou l’autre figure politique. Pourtant, il semble que le tout quidam ait du mal à croire dans la véracité de ce genre de propos. Nous pensons que ce doute émis quant à la possibilité des réseaux sociaux de pouvoir avoir une si grande influence dans l’un ou l’autre évènements, doit résider à la fois dans un paradoxe entre la culture du doute et du complotisme, propre aux individus qui n’ont pas le niveau d’éducation nécessaire pour remettre en question la véracité de ce qu’on leurs offre comme du « tout cuit » et, dans le pouvoir des gouvernements ou des groupuscules qui disposent des fonds nécessaires pour avoir une influence « réelle et prépondérante » sur ces dit réseaux, dont le faisceaux d’actions est bien plus profondes que les « gamineries » que l’on peut trouver sur ce genre de réseaux. Point de vue de l’in