Accéder au contenu principal

L'alien, cette "Tête de turc"

 

Serait-ce la nature de l’homme que de vouloir encore et toujours s’en prendre à toutes les formes de vies présentes sur la Terre comme devant être le justificatif de notre présence en ces lieux ? Serait-ce faire preuve d’une forme d’intelligence que de chercher une vie extraterrestre comme étant la solution ultime face au non-sens de notre existence ici-bas, en partant de la considération que nous sommes de « pauvres enfants démunis », seuls et perdu sur un grain de sable tournant sur lui-même au beau milieu de l’infini ? Qu’elle est donc cette nécessité de trouver un « alien » pour donner plus de sens à ce que nous sommes, nous l’humanité ?

Si l’on se penche de plus près sur cette considération et en partant du fait que nous ne comprenons absolument rien au fonctionnement de millions d’espèces déjà présentes sur cette planète, qu’elle est donc cette bêtise qui poussent des « scientifiques » à chercher une forme de vie ailleurs qu’en ces lieux, alors que nous ne comprenons rien à tant et tant d’espèces qui finissent pourtant dans notre assiette ? Nous entendons souvent cette phrase dans divers reportages : « sommes-nous seul dans l’Univers ? » ; concrètement, qu’est-ce que cela peut bien changer au fait que nous passons la majorité de notre temps à saccager tout espace viable pour des millions d’espèces différentes de la nôtre ici-bas ? D’où vient ce désir « inconscient » de chercher si ardemment une forme de vie plus intelligente pour donner du crédit à notre vie et trouver quelqu’un ou quelque chose sur qui « taper » ? Pourquoi l’humanité cherche t’elle un Maître dans l’univers alors que nous sommes incapables d’être les maîtres de notre propre vie ?

Il semble que l’alien a ceci de rassurant qu’il nous permettrait de trouver un « ennemi » commun qui aurait pour fonction latente de fédérer l’humanité autour d’un problème commun, autour d’une « bête verte et gluante » qui chercherait à tout prix à nous détruire ! Force est de constater que la recherche effrénée d’un « ennemi » commun au-delà de notre planète, rempli une fonction d’apaisement interne face à notre condition d’individu vivant sans un ennemi commun. Au-delà de toute forme de Darwinisme, il existerait donc un « Darwinisme spatial » ayant pour fonction de fédérer les hommes face à un Alien, une nouvelle « tête de turc » qui nous forcerait à nous serez les coudes, face à la virulence d’un E.T ne pouvant être que mauvais, méchant et mut par de mauvaises intentions… 

En somme, il apparaît que l’homme désire aller se battre dans l’espace afin d’engendrer une paix « humaine », mondiale et interne. Ce raisonnement est triste mais il semble salement véridique.

 


 

 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Croissance sociétaire, histoire d'un suicide collectif annoncé

                 A voir ce que l’humanité s’offre comme image d’elle-même aux travers des journaux télévisés, des médias et de tout ce qui est porté à la vue de tous comme devant être le reflet du genre humain, il est question de se demander à quoi rime cette manie de présenter notre civilisation comme étant une chose des plus sales ayant jamais rongé le Monde contemporain ?             Ne serait-il pas plus juste de se questionner sur la raison profonde de cette façon de nous montrer sous des auspices de mauvaises espérances et, de nous demander pourquoi nous avons ce « besoin » de nous voir nous-mêmes comme le pire des virus ou une maladie encore plus mortelle que le cancer ? Pourquoi nous jetons nous la pierre si souvent sans qu’il y ait de véritable coupable de l’autre côté de la rive ? Pourquoi l’ethnie de l’autre bord de cette rivière est forcément, la sale, la brutale, la méchante « Russie communiste » pour reprendre cette figure rhétorique, justificatif tout trouvé pour exp

La place de la personne Alibi dans le monde joyeux de la télévision

  La personne « Alibi » a pour fonction de faire croire qu’une classe sociale est perméable, qu’elle est ouverte et que tout le monde peut passer d’une classe inférieure vers une classe supérieure. Il existerait une possibilité pour que les pauvres deviennent plus riches en s’élevant vers une classe sociale après avoir fait des études par exemple ou, pour prendre un exemple plus extrême, en devenant une star du showbiz ; en réalisant le rêve américain en quelque sorte… Nous allons voir que la réalité est tout autre !   Il est difficile de faire tenir cette représentation des choses avec la manière dont fonctionne réellement voire plus justement la société qui comprend un nombre incroyable de mécanismes de protections de classes, en ce qui concerne les plus aisées pour empêcher le tout quidam de s’inviter dans une classe supérieure à moins que ? A moins que ce tout quidam remplisse une fonction latente ou tacite permettant aux personnes les mieux placées dans ladite classe sociale s

Paradoxe de représentations des réseaux sociaux

  Nous entendons dire communément que les réseaux sociaux sont la cause de manipulations de grandes envergures pouvant aller jusqu’à l’institution ou la défaite de l’une ou l’autre figure politique. Pourtant, il semble que le tout quidam ait du mal à croire dans la véracité de ce genre de propos. Nous pensons que ce doute émis quant à la possibilité des réseaux sociaux de pouvoir avoir une si grande influence dans l’un ou l’autre évènements, doit résider à la fois dans un paradoxe entre la culture du doute et du complotisme, propre aux individus qui n’ont pas le niveau d’éducation nécessaire pour remettre en question la véracité de ce qu’on leurs offre comme du « tout cuit » et, dans le pouvoir des gouvernements ou des groupuscules qui disposent des fonds nécessaires pour avoir une influence « réelle et prépondérante » sur ces dit réseaux, dont le faisceaux d’actions est bien plus profondes que les « gamineries » que l’on peut trouver sur ce genre de réseaux. Point de vue de l’in